La stratégie du parti Al Badil pour prévenir la pénurie d’eau

Publié le 22/08/2019

« L’eau c’est la vie », ne cesse de le répéter des organisations et Gouvernement du monde. Cependant, ces derniers jours en Tunisie, plusieurs régions du pays sont confrontées à d’incessantes coupures d’eau privant la population de cette manne très indispensable. Par ailleurs, dans la dernière version du « Water Risk Water », la Tunisie est classée 30e dans le classement mondial des pays exposés à un risque hydrique. Ainsi, face à cette situation, nombreux sont les tunisiens à réfléchir sur cette problématique et proposé des solutions, car si rien n’est fait la rareté de cette manne vitale sera très dramatique pour le pays et entrainera une grande pauvreté dans plusieurs secteurs d’activités. 

Au titre des organisations qui ont présenté leur vision, il y a le parti Al Badil dont son président, Mehdi Jomâa a fait un post relatif à la stratégie de l’eau sur son compte Facebook. Son approche est la suivante : 

Lancer un plan d’urgence pour améliorer la gestion des ressources en eau existantes et lancer un programme d’urgence pour l’entretien des réseaux de distribution d’eau potable et de tous les dispositifs associés (pompage) ;

Lancer un programme d'entretien des barrages. Il s’agit aussi d’employer les nouvelles technologies afin d'accroître les capacités d'absorption et de stockage de nos barrages ;

Créer et dynamiser des projets pour augment la capacité des centres de collecte et de distribution et augmenter la capacité d'absorption et l'achèvement de nouveaux réservoirs d'eau.

- Construire de nouveaux réservoirs d'eau pour les populations dans les régions intérieures, rurales et désertiques afin de réduire la coupure et la pénurie de l'eau subie dans ces zones.

L’autre solution est aussi le dessalement de certaines eaux non potables et qui sont dans la nappe phréatique souterraine dans les régions désertiques et du sud tunisien. A cet effet, il sera nécessaire d’« utiliser les énergies renouvelables à faible coût et aussi des technologies modernes ». Par la même occasion, mettre en place des « projets visant à concentrer un certain nombre d'usines de dessalement au moyen de technologies de pointe ».

Au nombre de cette stratégie, le parti a estimé qu’il est urgent de « développer un programme urgent pour rationaliser la consommation des ressources en eau internes et prévenir leur épuisement » et d’«éduquer les citoyens à la rationalisation de la consommation d’eau et les encourager à construire chez eux des centres de stockage d’eau utilisés dans les affaires domestiques comme le nettoyage, par exemple ... » Il a cité le cas de nombreux pays, où les citoyens sont encouragés à construire des collectes d’eau familiales. Au titre d’éducation de la population, il a suggéré l’idée d’« un projet intégré visant à rationaliser la consommation d'eau dans le secteur agricole et à généraliser davantage les systèmes d'irrigation modernes afin de réduire le gaspillage d'eau ».

Et si des usines de dessalement sont construites, il y a lieu « également de créer des centres de recherche scientifique » dont « l’une des tâches est de développer la technologie de dessalement de l’eau et de réduire son coût, ainsi que de développer des techniques d’irrigation permettant une bonne exploitation de l’eau dans le secteur agricole, en plus du développement de la gestion de l’eau, ainsi que de sa bonne utilisation et de sa valorisation », lit-on dans le post. 

L’une des stratégies de cette formation politique contre la pénurie de l’eau est la mise en place « des mécanismes de traitement des eaux usées et développer une politique pour stimuler et encourager l'utilisation de l'eau traitée dans les activités agricoles ».

Pour finir, face au problème de l’eau qui résulte de plusieurs facteurs, notamment son gaspillage et son utilisation irrationnelle, il a souhaité « un changement complet de la stratégie de gestion et de mobilisation de l'eau, passant de la gestion de l'approvisionnement à la gestion de la demande ».

«je souhaite un changement complet de la stratégie de gestion et de mobilisation de l'eau, passant de la gestion de l'approvisionnement à la gestion de la demande ».

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.