Mehdi Jomâa : bonne gouvernance, vision, expertise, voilà ce qui sauvera le pays !

Publié le 22/07/2019

« Un gouvernement doit employer des experts, ce sont ceux-là qui sont à même de remettre les choses sur les rails. Ce gouvernement a, pendant 5 ans, appliqué les choix de « pas le choix » car il a été formé dans un esprit de partage du pouvoir et de calculs partisans » a indiqué le président d’Al Badil Ettounsi, Mehdi Jomâa, ce mardi 16 juillet 2016, sur la chaîne Nessma TV. 
 
« La dette, l’inflation, la pauvreté etc. c’est une mécanique liée. Il ne s’agit pas de trop palabrer pour faire un bilan, un seul chiffre suffit : le PIB de la Tunisie était de 47 milliards de dollars en 2015 aujourd’hui il est de 37 ou 38 milliards de dollars. Nous avons perdu près de 10 milliards de dollars en 5 ans et ça c’est le résultat de la politique menée depuis 2014 et qui appauvrit le pays » a expliqué Mehdi Jomâa ajoutant qu’il est nécessaire à présent de poursuivre une vision et des objectifs clairs en ayant les expertises nécessaires pour analyser, comprendre et agir en fonction du contexte.
 
« On a laissé le pays à la dérive, on n’a ni vision ni programme mais on adopte des mesures palliatives et le seul objectif clair est de payer les salaires à la fin du mois. La situation est scandaleuse et les mêmes personnes qui en sont à l’origine tiennent aujourd’hui encore au pouvoir et s’y accrochent… on parle de la force de la centrale syndicale, nous avons déjà eu à négocier avec les syndicats et nous avons pu débattre, le problème aujourd’hui n’est pas la force des syndicats, c’est la faiblesse de l’autre partie… » a-t-il poursuivi.
 
Mehdi Jomâa a souligné qu’une réforme fiscale est primordiale pour lutter contre la contrebande et le commerce parallèle et que toute autre mesure serait vaine et contre-productive. Il a estimé que le pays ne peut se relever qu’avec une bonne gouvernance basée sur une vision claire qui soit portée par des compétences expertes.
 
« Le problème n’est pas un problème de moyens. Tous les secteurs sont en souffrance car les politiques menées sont erronées alors que souvent il s'agit juste de faire appel à un peu de bon sens. La situation est difficile et il faut mettre aux commandes des compétences intègres et patriotes je le dis et le redis » a-t-il conclu.

Lire l'article sur businessnews.com

Suivez la campagne

Le discours prononcé à Sfax est le fruit de plus de 9 mois de "réflexions, de doutes, de terrain, d'écoute" a expliqué Mehdi Jomaa
Le président fondateur du Parti Al Badil Ettounsi et ancien chef de gouvernement Mehdi Jomaa a annoncé lors d’un meeting à Sousse, que le parti participera aux prochaines élections législatives

Les cookies assurent le bon fonctionnement du site, en continuant la navigation vous acceptez leur utilisation.